317
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies     

Déclaration du Sgen-CFDT au CTA du 11 octobre 2019


MAJ du 5 novembre 2019 - Auteur : Sgen-CFDT Champagne ArdenneRejoignez-nous : bulletin d'adhésion dans le menu de gauche

Sgen-CFDT

Déclaration liminaire du Sgen-CFDT au CTA du 11 octobre 2019

Mesdames, Messieurs,

Selon notre Ministre, la rentrée s'est très bien passée. La rentrée s'est bien passée, oui mais des élèves en situation de handicap ne sont toujours pas accompagnés, ou pleinement accompagnés, faute de candidats aux fonctions d'AESH. Et c'est tout le système qui en pâtit, les élèves en situation de handicap, les autres élèves de la classe, les enseignants.les équipes pédagogiques.

La rentrée s'est bien passée, oui mais des AESH ont travaillé près d'un mois sans contrat et sans paie en fin de mois. C'est inacceptable. Pour un mi-temps à 602 euros par mois, on ne peut que saluer leur sens du service. Mais combien d'angoisse face aux échéances qui tombent ? Face aux agios des banques ? Face aux relances des bailleurs ? Combien de larmes pour les mères isolées ? Il est insupportable de s'entendre dire qu'il faudra attendre octobre pour percevoir ce qui est dû. Et encore, combien d'envie de démissionner ? Combien d'incitation à démissionner de la part de certains collègues gestionnaires ? Oui, nos collègues des services déconcentrés et du lycée mutualisateur font leur possible. Mais leur a-t-on donné les moyens de faire l'impossible ? Nous vous avons alerté le 13 septembre sur le risque de non versement des salaires. Avec pour seul résultat que le risque s'est avéré.

La rentrée s'est bien passée, oui mais déjà les directeurs et directrices d'école nous disent leur fatigue, leur isolement et leur incompréhension. Enquêtes, projets, dossiers remontent vers la hiérarchie et les services. Oui mais au prix de combien d'heures prises sur le nécessaire temps personnel. Combien d'heures passées à remplir un PPMS de 24 pages ? Combien d'heures consacrées pour remonter les Gevasco ? Combien d'heures pour préparer les élections des représentants de parents ? Combien d'heure passées à classer, trier, lister, cocher, photocopier, agrafer,....? Combien de minutes par jour à être déranger dans sa fonction d'enseignant: vérifier, déverrouiller, ouvrir la porte, répondre au téléphone, aux sollicitations des parents, des collectivités territoriales ?

La rentrée s'est bien passée, oui mais aucune directive n'a été donnée aux collègues, directrices/teurs, chefs d'établissement sur la mise en oeuvre de la circulaire du 5 juin. Aucune information n'a été donnée aux AESH sur la modification de leur quotité de service. Avec pour conséquence une incroyable cacophonie : AESH pensant qu'elles allaient être payées moins, coordonnateur refusant les 19h35 de service et imposant 24 heures, chefs d'établissement cherchant à remplir les 5 semaines en sus des 36 de présence élèves.

La rentrée s'est bien passée car les lycéens de première générale et technologique ont les enseignements de spécialités et d'options qu'ils ont choisi. Tant mieux et souhaitons leur réussite aujourd'hui et dans leur avenir. Oui, mais quelle fatigue des enseignants qui se les sont appropriés consciencieusement pendant des vacances mais qui seraient à revoir nous dit-on à Rodez.

La rentrée s'est bien passée dans les lycées généraux et technologiques car les emplois du temps et les groupes tournent, presque partout. En vision macro, oui mais en vision micro c'est un chef d'établissement qui dit que les trois semaines de rentrée ont été un enfer. Il n'est pas douteux que pour un chef d'établissement qui l'exprime, il y en a bien d'autres qui le ressentent aussi. Sans parler de la migration vers Kosmos, aussi exigeante que la conquête de la Lune, mais sans garantie de faciliter le travail des équipes.

La rentrée s'est bien passée, oui mais pourquoi rajouter aux directeurs, directrices et chefs d'établissement de tenir et remonter chaque semaine le tableau des rendez-vous des familles avec l'établissement et l'AESH de leur enfant ? Ne pouvait-on pas faire confiance aux collègues concernés pour assumer cette tâche sans qu'il soit besoin de les contrôler ? Que nous disent les chefs d'établissement et les directeurs, directrices ? Qu'on les laisse travailler sans contrôle exacerbé, qu'on cesse de les exposer ainsi que les personnels des établissements et des écoles à des discontinuités administratives ou politiques, qu'on leur fasse confiance. La confiance n'exclut pas le contrôle, dans l'armée peut-être, dans l’Éducation nationale, pas nécessaire.

La rentrée s'est bien passée, oui mais ce sont des classes de collèges et lycées plus chargées, ici 33 collégiens en cours de physique, 35 élèves ou plus en cours de langues ou de spécialités, là encore une arrivée massive d'enfants allophones sans accompagnement, c'est un câblage réseau qui sera peut-être fini au retour des vacances de Toussaint dans un lycée 4.0, c'est-à-dire avec 3 mois de retard comme dans les deux vagues précédentes. En attendant, les ordinateurs mis à disposition gisent, pédagogiquement parlant au moins, au fond des tiroirs.

La rentrée s'est bien passée, oui mais en lycée professionnel les CAP sont à 22, 23 jusqu'à 27 élèves, sans dédoublement. Où sont passées les heures complémentaires ? La co-intervention se met en place, parfois, avec deux collègues qui ne se voient pas. La consolidation demande aussi un grand investissement de la part des collègues, des réunions supplémentaires et un perpétuel ajustement des groupes en fonction des remédiations prévues.

La rentrée s'est bien passée en GA, oui mais grande démotivation chez les professeurs qui ont eu en juillet des réunions où les inspectrices n'ont pas voulu entendre la détresse de ces professeurs qui redoutent la fermeture de la section. Elles ont également souffert du peu de considération et du ton employé par ses mêmes inspectrices. Il y a pour nous beaucoup trop d'arrêts maladie en ce début d'année, ce qui met en évidence un malaise certain...

La rentrée s'est bien passée, le système fonctionne car les personnels fonctionnent mais ils ne servent pas. Les collègues nous disent leur démotivation, leur acceptation résignée de n'importe quelle consigne. Fonctionner c'est agir sans envie, sans intérêt, sans motivation. Servir c'est autre chose. Il y a une dignité, une estime de soi dans le fait de servir. Des collègues qui se contentent de fonctionner, cela ne nous rassure pas.

La rentrée s'est bien passée, mais nous n'avons jamais eu autant de demande de participation à nos formations syndicales sur la santé au travail.



3 visiteurs Plan du site     Mentions légales     © Sgen-CFDT Champagne Ardenne 2019

ADHÉSION
Qui sommes nous ?
Pourquoi Adhérer ?
La cotisation
Bulletin d'adhésion
ESPACES PRIVÉS
Espace réservé
SITES CONNEXES
Sgen-CFDT
Sgen-CFDT en régions
SGEN +
CFDT
CFDT FP

NOS DÉLÉGATIONS DÉPARTEMENTALES
MARNE 15 bd de la Paix - REIMS 09-63-65-46-32 sgen-cfdt-champagne-ardenne@orange.frPermanence le Mardi (toute la journée)
Jeudi (toute la journée)
ARDENNES 21 rue JB Clément - CHARLEVILLE 06-85-26-32-41 (1er degré)
06-75-45-39-81 (AESH, AED, contractuels)
06-45-73-24-78 (Tous type de dossier)
sgen.cfdt.08@wanadoo.frPermanence le Jeudi (toute la journée)
AUBE 2,A Bd du 1° Ram - Troyes 03-25-73-53-57 sgen.cfdt.aube@wanadoo.frPermanence le Lundi (toute la journée)
Mercredi (après-midi) et Jeudi (matin)
HAUTE-MARNE 29 rue Bouchardon- CHAUMONT 06-45-73-24-78 sgen-cfdt-champagne-ardenne@orange.fr RDV téléphonique


Le Sgen-CFDT, un SYNDICAT GÉNÉRAL
Dans le champ professionnel de l'Éducation, le Sgen-CFDT est la seule organisation qui ne soit pas fondée sur le corporatisme.
Son organisation est au contraire territoriale, le plus souvent sur la base des académies, et regroupe l'ensemble des personnels de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche publique, de Jeunesse et Sports et de l'Enseignement Agricole Public. De cette manière, le Sgen-CFDT évite les replis catégoriels et égoïstes sur des intérêts particuliers qui, s'ils sont peut-être plus confortables, défendent au bout du compte bien mal les personnels et le service public d'éducation, puisqu'ils sont ainsi opposés aux autres salariés. Le Sgen-CFDT favorise le dialogue entre tous les personnels qui ne jouent plus les uns contre les autres, mais confrontent leurs points de vue pour aboutir à des revendications qui sont d'autant plus fortes qu'elles sont acceptées par tous. En outre, ce fonctionnement donne la possibilité de comparer les acquis dans les différentes catégories professionnelles, ce qui permet de revendiquer pour toutes ce qui a été obtenu pour une.
Mieux nous connaître : Le projet du Sgen-CFDT pour le système éducatif et pour les personnels

Adhérer au Sgen-CFDT, c'est avoir :
  • Une écoute, des réponses et des conseils sur le plan professionnel et juridique.
  • Un accompagnement individualisé par un élu en cas de difficulté.
  • Un accès gratuit au service juridique de la CFDT.
  • Des formations syndicales.
  • Les journaux du Sgen-CFDT et de la CFDT.
  • Une assurance professionnelle.
  • Une indemnité en cas de grève.
Défendre et conseiller les personnels .
Un syndicat n'est pas virtuel
PLUS NOMBREUX, PLUS FORTS

Adhérer au Sgen-CFDT, c'est choisir un engagement solidaire face aux revendications éclatées, à l'arbitraire hiérarchique et aux pesanteurs administratives ou politiques.
Télécharger et imprimer le bulletin d'adhésion