332

Le Sgen-CFDT Champagne Ardenne vous informe

MAJ du 1 janvier 1970 - Auteur : Sgen-CFDT Champagne ArdenneRejoignez-nous : bouton "Adhérer" en haut à droite

Le Sgen : la CFDT dans l'éducation Clic Ecoles Marne

28 mai 2021 
Sgen-CFDT Champagne Ardenne -  15 boulevard de la paix BP 1368, 51063 Reims Cedex
Tel : 09 63 65 46 32 - Mail : reims@sgen.cfdt.fr




CFDT


CFDT, le 1er syndicat de France !










Personnels vulnérables


























































Rémunération


















































Vaccination

Au sommaire



















La mascarade des tests salivaires dans les écoles
C’est un mauvais roman, pas une belle histoire…

Ça commence mal : un document concocté par la DSDEN et qui doit être complété par les familles est à distribuer de toute urgence, dès le 8 mars (rentrée vacances d'hiver) mais, car il y a toujours un mais, 2 jours plus tard un nouveau mail de la DSDEN signale une erreur dans le formulaire déjà transmis ! Rebelote donc… Il s’avérera par la suite que cette deuxième reprographie était inutile !

Ça se corse : un gros travail de secrétariat est alors demandé aux directeurs d'école dont ce n'est ABSOLUMENT PAS le rôle, avec un fichier aussi imbuvable que celui des PIALs à compléter. En outre, ils manipulent des données confidentielles et découvrent des numéros de sécurité sociale très fantaisistes...

Pourtant, la campagne fut longue à parvenir dans les écoles et 2 mois plus tard, c'est le grand jour !

Des documents parviennent quant au matériel demandé (gel hydroalcoolique, désinfectant pour le mobilier, etc …) et à l'installation des lieux d'accueil (plan précis, ...).
Directeur = secrétaire médical et déménageur

Une jauge de 15 élèves est définie également.

Et c’est le début de l'imbroglio : le scénario est chaotique. Les péripéties nombreuses .

Ça empire : R.V. avait été pris pour le matin 8H10 : l’infirmière scolaire arrive et annonce, dépitée, qu'elle vient d'apprendre que seule la maternelle est concernée le matin : ils ne savent pas que nous sommes à l’élémentaire et que ce sont 2 écoles avec 2 gestions… Les infirmières, les médiateurs et personnes du labo arrivent à l'école puis s'en vont vers la maternelle.

Malheureusement, l'ordre de passage des classes avait été établi (ni boire ni manger 30 mn avant le test, tenir compte des activités d'EPS, etc...).

Puis à 10H45, dépistage terminé en Maternelle, les élèves de quelques classes d'élémentaire pourront payer leur tribut...  Mais contre-ordre, les étiquettes nécessaires n'ont pas été apportées !

Ça énerve : prélèvement reporté à 14h00 ; nouvelle organisation à mettre en place, en tenant compte des 3 services de cantine et des activités spécifiques de l'après-midi. Toujours faire au mieux et au plus vite. La jauge passe à une classe entière.
À un rythme effréné, les classes défilent dans un lieu transformé : l'installation demandée est modifiée !

Finalement, quel est l'intérêt de TOUT cela  ?

Juste une photographie de la situation à cet instant T ! Car pas de nouveaux tests programmés à rythme régulier.

Grosse perturbation sur le plan pédagogique et sur la vie de l’école qui n’aura aucune conséquence sur le plan sanitaire si pas de suivi.

HEUREUSEMENT, 1 POINT POSITIF : les élèves ont, dans l’ensemble, trouvé ça...

 rigolo de cracher dans des boîtes  !

















Animateurs du périscolaire rémois : triste réalité…

Suite à la décision étatique d'imposer l'école en distanciel pendant une semaine, la rémunération des animateurs du périscolaire s'est vue amputée sans autre forme de procès : leur budget devait-il en subir les conséquences ? Personne n'avait prévu cette décision inopinée de M. Macron.

Cela semble fort injuste.

Pourtant, depuis un peu plus d'un an, l'école survit grâce à l'implication de tous ses acteurs. Le travail
en équipe est essentiel : tous au service de l'intérêt général.

 L’aspect fondamental du rôle joué par les animateurs du Périscolaire n’est plus à démontrer.

En réponse à nos demandes d’explication, une élue a répondu :

«  Les collectivités sont tenues par des règles RH qui ne nous permettent pas toujours de faire ce que nous souhaiterions.
Depuis 1 an nous nous adaptons du mieux possible toujours dans l’intérêt des enfants et de la communauté éducative dans son ensemble.
Nous sommes dépendants du cadre législatif sur lequel nous n’avons pas prise.
Dans le cadre de mes fonctions je sollicite régulièrement certaines instances comme France urbaine pour alerter sur le fonctionnement des collectivités qui font face à la crise et mettent en place, souvent dans l’urgence et sur leurs propres moyens,  ce qui nous est imposé sans grande concertation. »

L’une de nos députés, sollicitée, elle aussi a écrit :

« Vous avez souhaité appeler mon attention sur la rémunération des animateurs du périscolaire, notamment à propos de la privation d'une partie de leur rémunération lors de la dernière période de confinement.
A ce titre, soucieuse de soutenir votre demande, je vous informe avoir formulé une question écrite au Ministre de l’Éducation nationale, de la jeunesse et des sports, dont vous trouverez copie en pièce jointe. »

L'école fonctionne bien parce que l'investissement de tous est certain, parce qu'un travail d'équipe est réel : tous les adultes qui interviennent auprès des élèves sont importants et tous participent à leur épanouissement. Tous jouent un rôle auprès des familles également.

Cette reconnaissance est primordiale pour que l'école continue à fonctionner le mieux possible dans ces circonstances extrêmement difficiles sur le terrain.

Des animateurs engagés s’organisent et font circuler des pétitions dans les écoles rémoises ; des RDV seront sollicités avec la Mairie (DRH) ou autre.
Donc, affaire à suivre...

















Personnels de l'Education Nationale... prioritaires ? Non... mais bientôt vaccinés...

PERSONNELS DE L'EN... PRIORITAIRES? NON...
Jeudi 20 mai, le Premier Ministre Jean Castex a fait une annonce qui fera date dans la démonstration de toute la reconnaissance que son gouvernement porte aux personnels de l'Éducation Nationale: elles·ils seront toutes et tous prioritaires pour la vaccination contre la Covid-19, et cela à partir du 24 mai... jusqu'au 30 mai! Parce qu'à partir du 31 mai, la vaccination sera ouverte à l'ensemble de la population adulte. C'est donc 7 jours de priorité, donc que les personnels de l'Education Nationale seront donc prioritaires pour un accès à la vaccination.
Puisqu'il n'y a pas de priorité si tout le monde est prioritaire, on peut entendre qu'au moment de trancher nous n'ayons pas été retenus dans la liste (fallait-il le justifier plutôt que de mentir sur les plateaux TV depuis des mois). Mais nous « offrir » une semaine relève quasiment du dédain. Avec, au passage, un peu de mépris pour les organisateurs de la vaccination en France, qui ont sûrement très envie de créer une catégorie de candidats à la vaccination pour 7 jours, en l'apprenant le jeudi pour le lundi suivant...
 
... MAIS BIENTÔT VACCINÉS...
Au-delà de cette erreur d'appréciation, concentrons-nous sur le positif: la campagne de vaccination est un succès. Avec plus de 20 millions de premières doses injectées à la mi-mai, un discours frileux sur le vaccin qui semble reculer, et les premières études portant à croire que les vaccins sont efficaces contre les variants connus, nous sommes sur la bonne voie pour nous débarrasser de ce coronavirus.
A chacun·e son opinion concernant la vaccination... mais face à l'absence d'investissements massifs dans les écoles-établissements avec des capteurs de CO2 et de purificateurs d'air, la vaccination est déjà un levier dans un contexte sanitaire de crise depuis plus d'un an déjà...
Lorsqu'on sait que ni notre employeur, ni le Préfet, ni les « politiques » ont fait le choix de nous doter de masques chirurgicaux (particulièrement pour les personnels AESH, AED, enseignant·es de maternelle... et pour n'importe quel personnel volontaire...), certain·es devraient faire profil bas.
 
Le président a promis que tous les adultes volontaires seront vaccinés avant la fin de l'été. Et s'il faisait en sorte que tous les personnels de l'Éducation Nationale volontaires le soient avant la fin de l'année scolaire? Chiche...







Adhérer au Sgen-CFDT

Adhérer au Sgen-CFDT, c’est avoir :
  • Une écoute, des réponses et des conseils sur le plan professionnel et juridique.
  • Un accompagnement individualisé par un élu en cas de difficulté.
  • Un accès gratuit au service juridique de la CFDT.
  • Des formations syndicales.
  • Les journaux du Sgen-CFDT et de la CFDT.
  • Une assurance professionnelle.
  • Une indemnité en cas de grève.
Défendre et conseiller les personnels . Un syndicat n'est pas virtuel
PLUS NOMBREUX, PLUS FORTS, REJOIGNEZ-NOUS
télécharger et imprimer le bulletin d'adhésion






Le site internet du Sgen-CFDT Champagne Ardenne        Sgen + : information et suivi de carrière

Facebook : Sgen-CFDT Champagne Ardenne        Twitter : Sgen-CFDT Champagne Ardenne

viadeo : Sgen-CFDT Champagne Ardenne        LinkedIn : Sgen-CFDT Champagne Ardenne
Retrouvez-nous sur la toile et les réseaux sociaux :





Si vous ne souhaitez plus recevoir de message du Sgen-CFDT Champagne Ardenne, vous pouvez nous le faire savoir en cliquant ici
9 visiteurs Plan du site     Mentions légales     © Sgen-CFDT Champagne Ardenne 2021

ADHÉSION
Qui sommes nous ?
Pourquoi Adhérer ?
La cotisation
Bulletin d'adhésion
ESPACES PRIVÉS
Espace réservé
SITES CONNEXES
Sgen-CFDT
Sgen-CFDT en régions
SGEN +
CFDT
CFDT FP

NOS DÉLÉGATIONS DÉPARTEMENTALES

MARNE
15 bd de la Paix - REIMS
09 63 65 46 32
51@sgen.cfdt.fr

Permanences :
Mardi (toute la journée)
Jeudi (toute la journée)

ARDENNES
21 rue JB Clément - CHARLEVILLE
06 85 26 32 41 (1er degré)
06 75 45 39 81 (AESH, AED, contractuels)
06 45 73 24 78 (Tous type de dossier)
08@sgen.cfdt.fr

Permanences :
Mercredi 14h-16h
Jeudi (toute la journée)

AUBE
2,A Bd du 1° Ram - TROYES
03 25 73 53 57
10@sgen.cfdt.fr

Permanences :
Mercredi (après-midi)
Jeudi (toute la journée)

HAUTE-MARNE
29 rue Bouchardon- CHAUMONT
06 45 73 24 78
52@sgen.cfdt.fr

Permanences :
Rendez-vous téléphonique





Le Sgen-CFDT, un SYNDICAT GÉNÉRAL
Dans le champ professionnel de l'Éducation, le Sgen-CFDT est la seule organisation qui ne soit pas fondée sur le corporatisme.
Son organisation est au contraire territoriale, le plus souvent sur la base des académies, et regroupe l'ensemble des personnels de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche publique, de Jeunesse et Sports et de l'Enseignement Agricole Public. De cette manière, le Sgen-CFDT évite les replis catégoriels et égoïstes sur des intérêts particuliers qui, s'ils sont peut-être plus confortables, défendent au bout du compte bien mal les personnels et le service public d'éducation, puisqu'ils sont ainsi opposés aux autres salariés. Le Sgen-CFDT favorise le dialogue entre tous les personnels qui ne jouent plus les uns contre les autres, mais confrontent leurs points de vue pour aboutir à des revendications qui sont d'autant plus fortes qu'elles sont acceptées par tous. En outre, ce fonctionnement donne la possibilité de comparer les acquis dans les différentes catégories professionnelles, ce qui permet de revendiquer pour toutes ce qui a été obtenu pour une.
Mieux nous connaître : Le projet du Sgen-CFDT pour le système éducatif et pour les personnels

Adhérer au Sgen-CFDT, c'est avoir :
  • Une écoute, des réponses et des conseils sur le plan professionnel et juridique.
  • Un accompagnement individualisé par un élu en cas de difficulté.
  • Un accès gratuit au service juridique de la CFDT.
  • Des formations syndicales.
  • Les journaux du Sgen-CFDT et de la CFDT.
  • Une assurance professionnelle.
  • Une indemnité en cas de grève.
Défendre et conseiller les personnels .
Un syndicat n'est pas virtuel
PLUS NOMBREUX, PLUS FORTS

Adhérer au Sgen-CFDT, c'est choisir un engagement solidaire face aux revendications éclatées, à l'arbitraire hiérarchique et aux pesanteurs administratives ou politiques.
Télécharger et imprimer le bulletin d'adhésion

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies à des fins statistiques et de personnalisation. J'ai compris